Une procédure d’urgence pour un agent de nuit travaillant seul

Le Foyer de la Perrière à HERIC (44), maison de retraite privée (90 lits), a mis en place une procédure visant à combler le manque de personnel pendant la nuit.

En cas de malaise ou d’agression
Pendant les nuits, un seul membre du personnel est présent sur le site pour assurer la sécurité et le bien-être des résidents. Equipé d’un dispositif de PTI (protection de travailleur isolé), l’agent est relié à une société de surveillance, lui assurant un soutien en cas de malaise ou d’agression.

En cas d’incendie
La nuit, le risque de départ de feu peut avoir de lourdes conséquences en maison de retraite si le transfert des résidents, la sécurisation du local sinistré et l’appel des pompiers ne sont pas réalisés rapidement.

Or un agent de nuit ne peut effectuer toutes ces tâches simultanément.

C’est pour cela que la direction et l’agent de sécurité ont mis en place cette procédure faite à partir d’une liste d’agents parmi le personnel.

Cette liste est tenue à jour et affichée près de la centrale incendie. Elle indique au personnel de garde, les deux agents habitant à proximité immédiate de l’établissement, qu’il faut contacter pour qu’ils :
- prennent le relais en téléphonant également à un autre agent,
- se rendent sur le site pour aider au transfert horizontal des résidents et à l’orientation des pompiers sur le site.

A la fin de cette procédure, une dizaine d’agents sont ainsi alertés et prêts à agir selon leurs moyens.

Conclusion
Cet établissement a idéalement su gérer son manque d’effectif en instaurant une procédure connue de tout son personnel, clairement affichée.

Il est maintenant important de poursuivre la mise à jour régulière de cette liste d’agents.

Une simulation pourra enfin être réalisée en collaboration avec les pompiers pour :
- visualiser le temps d’arrivée de chaque agent sur le site,
- définir ensemble le rôle de chacun pour adapter au mieux les actions à mener sur le terrain sans perturber l’intervention des secours extérieurs.

Edwige FORGET
Préventeur

12/04/2010

Voir aussi :
L'article thématique sur « La protection du travailleur isolé »

Commentaires

Vous devez être connecté pour poster un commentaire. Se connecter

Vous n'avez pas d'espace perso ? S'inscrire

 

 

Le Lundi 10 Mai 2010 par WINTREBERT PHILIPPE

 

"vous ne précisez pas dans votre article sur le foyer (ou maison de retraite) de la Perriere sur le type d'établissement; foyer logement ou maison de retraite. Depuis l'établissement des conventions tripartites dans le EHPAD, l'autorisation de fonctionnement est subordonnée à la présence de deux agents la nuit et je ne connais pas de dérogation à cette obligation"

 

 

Le Lundi 10 Mai 2010 par Edwige FORGET, Préventeur SHAM et Marianne HUDRY, Juriste SHAM

 

"Chaque convention tripartite définit, à partir d’un cahier des charges national (cf. arrêté du 26 avril 1999 modifié par l’arrêté du 13 août 2004), les conditions de fonctionnement de l’établissement tant au plan financier et qu’au plan de la qualité de la prise en charge. La présence de personnels la nuit, comme le jour d’ailleurs, est ainsi directement liée aux besoins des personnes hébergées (état de dépendance notamment) et au montant des budgets obtenus lors de la négociation de cette convention tripartite. Elle n’est donc pas systématiquement de 2 membres au minimum pendant la nuit. "

 

 

S'inscrire à la newsletter

Recevez chaque mois actualités et retours d'expérience sur la prévention des risques !

OK

Mon Espace

Vous souhaitez commenter un article ?
Rejoignez la communauté du Portail de la Prévention Sham.

Déjà inscrit ? + Se connecter




OK
Mot de passe perdu ?

Le saviez-vous ?

Quelle est la production de déchets par lit & place chaque année en France ?