Des équipements sans-fil pour la détection incendie

Dans le domaine de la détection incendie, le câblage traditionnel des différents éléments est désormais complété par une technique de communication sans-fil. L’EHPAD "Fondation de Grammont" à Villersexel (70) a fait ce choix pour une partie de son établissement.

Conformément à la réglementation incendie pour les Etablissements Recevant du Public de santé et médico-sociaux (type U et J), des détecteurs automatiques d'incendie doivent être installés dans l'ensemble de l'établissement (1) (2).

Cependant, certains locaux isolés, qui présentent un risque important et /ou participent à l’activité de l’établissement (transformateurs, locaux poubelles…), peuvent ne pas être soumis aux mêmes exigences. En effet ce sont des locaux éloignés du bâtiment ERP dans lesquels ne sont autorisés à pénétrer que des travailleurs. Ils sont donc soumis au code du travail.

Suite à nos visites de risques, nous constatons que la majorité de ces locaux ne disposent pas de détection automatique d’incendie. Bien que non obligatoire, elle participe efficacement à la prévention des risques.

Une solution utilisant la technologie sans-fil (par radiofréquence) permet d’installer des éléments de détection incendie rapidement dans ces types de locaux. L’EHPAD "Fondation de Grammont" utilise ce système pour la partie historique de son établissement qui comporte des locaux recevant ou non du public (chapelle, bureaux, salle à manger, apothicairerie …). Les autres locaux de l’établissement sont sous détection automatique d’incendie filaire.

Principe de fonctionnement
Les éléments de détection sans-fil (détecteurs automatique d’incendie et déclencheurs manuels) fonctionnent à l’aide de piles. Ils dialoguent par liaison radioélectrique avec un organe intermédiaire qui est lui-même relié par voie filaire à la centrale incendie (ECS). Ces organes peuvent être installés sur une boucle de détection incendie déjà existante.

Détection Radio

Avantages et limites
L’installation de tels moyens présente, sans aucun doute, un gain économique sur le câblage et le temps d’installation normalement nécessaire pour les mêmes équipements en version filaire. Il est donc désormais possible d’étendre la détection incendie à des bâtiments sensibles sans faire de travaux (bâtiment classé aux monuments historiques par exemple), ou bien à des locaux isolés (jusqu’à une certaine limite). Toutefois, il faudra prévoir une maintenance régulière des piles pour les détecteurs et déclencheurs.

Les organes intermédiaires sont capables de supporter environ une trentaine de détecteurs. Seulement, actuellement, il n’est possible d’adapter des indicateurs d’actions (3) qu’aux seuls organes intermédiaires de certains constructeurs et non directement aux détecteurs. Or la réglementation incendie (1) (2) impose l’installation d’indicateurs d'actions dans les circulations horizontales pour les détecteurs situés à l'intérieur des locaux à sommeil. Il s’avère donc que cette technique ne peut être utilisée dans ce type de locaux.

Enfin, certains équipements, comme les groupes électrogènes, émettent des ondes électromagnétiques qui peuvent perturber les signaux radio et empêcher l’installateur de garantir l’efficacité du détecteur.

Recommandations
Avant toute implantation des éléments radio, une étude et des essais radio sur site doivent être réalisés par du personnel formé et qualifié.

En respect des règles d’installation, les déclencheurs manuels sans-fil doivent êtres gérés par des organes intermédiaires dédiés.

Il est nécessaire de faire attention au lieu d’implantation des éléments : toutes autres sources d’émission radio, cloisons en béton armé, objets métalliques peuvent parasiter le signal radio.

Enfin, la portée du signal annoncée par les constructeurs dépend de la nature des éléments de construction. Elle peut donc diminuer. Il est conseillé d’installer au minimum un organe intermédiaire pour chaque niveau détecté par radiofréquence.

Conclusion
Cette technologie relativement récente n’est pas encore industrialisée par tous les constructeurs de système de sécurité incendie. D’ailleurs, elle n’est pas non plus compatible avec l’ensemble des centrales incendies existantes.

Pour le moment, il s’agit d’une excellente solution pour des zones isolées ou dans lesquelles le câblage est impossible, mais qui vient en complément de la détection filaire.

Hubert VERDIER
Préventeur

18/07/11

(1) Article U44 de l’arrêté du 10 décembre 2004 portant approbation de diverses dispositions complétant et modifiant le règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public (ERP type U).
(2) Article J 35 de l’arrêté du 19 novembre 2001 portant approbation de dispositions complétant et modifiant le règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public (ERP type J)
(3) Indicateur d’Action : indique d'une manière lumineuse l'alarme signalée par un détecteur ponctuel. Il sert, par exemple, à être positionné au-dessus d'une porte d'une pièce fermée pour savoir de l'extérieur s’il y a un incendie à l'intérieur.

Voir aussi :
Obligation de détecteurs incendie dans les logements de fonction
Mise en sécurité lors d’une restructuration dans une maison de retraite

Commentaires

Vous devez être connecté pour poster un commentaire. Se connecter

Vous n'avez pas d'espace perso ? S'inscrire

 

 

Aucun commentaire pour le moment.

S'inscrire à la newsletter

Recevez chaque mois actualités et retours d'expérience sur la prévention des risques !

OK

Mon Espace

Vous souhaitez commenter un article ?
Rejoignez la communauté du Portail de la Prévention Sham.

Déjà inscrit ? + Se connecter




OK
Mot de passe perdu ?

Le saviez-vous ?

Quelle est la production de déchets par lit & place chaque année en France ?