Le travail en hauteur

Il n’y a pas de définition métrée dans le code du travail justifiant la nomination de "travail en hauteur". C’est au chef d’établissement de déterminer l’existence d’un risque de chute de hauteur en procédant à l’évaluation du risque conformément à l’article L 4121-1 du code du travail. Les mesures de prévention et de protection à mettre en place sont multiples.

Sommaire
A la construction du bâtiment
En cours d’exploitation du bâtiment, les mesures de protection à mettre en place
La prévention à réaliser avant tout travail en hauteur
Conclusion

Edwige FORGET
Ingénieur Prévention

13/07/2010

A la construction du bâtiment

GettyImages_86462219
     

Le nettoyage des baies vitrées, le désherbage des toitures, le changement de luminaires …, autant d’exemples de travaux en hauteur nécessitant une protection adéquate des agents chargés de ces travaux.

Lors de leur conception, les bâtiments doivent permettre la maintenance et le nettoyage des équipements qui les constituent.

Conformément à l’article R. 4211-3 du code du travail, le maître d’ouvrage élabore et transmet aux utilisateurs, au moment de la prise de possession des locaux et au plus tard dans le mois qui suit, un dossier de maintenance des lieux de travail.

Les zones de passage comportant un risque de chute de personnes sont signalées et leur accès interdit aux personnes non autorisées.

Certains halls d’établissements de soins récemment construits sont particulièrement touchés par cette nécessité de travail en hauteur. Se voulant accueillant et lumineux, ils sont souvent composés de baies et de toitures vitrées. Il convient donc de s’assurer que le nettoyage des vitres est prévu au moment de leur construction. Si tel n’est pas le cas, l’utilisation d’une nacelle reste possible mais uniquement si la dalle de béton au sol peut supporter son poids.

En cours d’exploitation du bâtiment, les mesures de protection à mettre en place
Si le risque existe, le chef d’établissement devra prendre les mesures nécessaires, à savoir :
- limiter les sols glissants sur les passerelles ou les escaliers,
- si possible, installer des protections collectives (plate-forme, passerelle, main courante, crochets d’ancrage, rambarde,
- mettre en place des garde-corps sur ces éléments suffisamment solides pour empêcher la chute accidentelle,
- si les protections collectives ne sont pas réalisables, prendre le relais par des protections individuelles avec corde, harnais et système d’arrêt de chute approprié ne permettant pas une chute libre de plus d’un mètre.

Dans ce cas, le travailleur doit toujours être gardé sous surveillance constante.

La prévention avant tout travail en hauteur
Conformément à l’arrêté du 19 mars 1993, en cas de travail en hauteur de plus de 3 mètres, un plan de prévention est obligatoire.

De plus, il est important de réaliser :

1/ Un contrôle de l’état du matériel :
Toujours d’après le code du travail (articles R 4323-22 à 27), en cas de travaux sur la toiture, les dispositifs permanents de protection ne peuvent être utilisés qu’après avoir été examinés en vue de s’assurer de leur solidité par une personne compétente. Le nom et la qualité de cette personne sont consignés dans le registre de sécurité. Cette vérification doit être réalisée au minimum une fois par an.

Pour un échafaudage, conformément à l’arrêté du 21 décembre 2004, les vérifications seront faites tous les jours d’utilisation et au minimum tous les trimestres s’il n’est utilisé qu’occasionnellement.

2/ Des formations :
Le personnel utilisateur de nacelle élévatrice ou d'échafaudage doit avoir suivi une formation sur " la sécurité du travail en hauteur " et obtenir une "attestation" autorisant la conduite et l'utilisation de nacelles de son employeur.

De même, d’après le décret du 11 janvier 1993 et du 1er septembre 2004, les agents doivent suivre également une formation aux utilisations de moyens de protection individuelle.

Conclusion
Tout modèle architectural présente des avantages et des inconvénients. Le travail en hauteur nécessite énormément de mesures de prévention et de protection d’où un coût élevé lors de sa réalisation.

Lors du choix du modèle d’une nouvelle structure, la maintenance du bâtiment lors de son exploitation doit donc être un des critères de sélection à ne pas négliger.

Commentaires

Vous devez être connecté pour poster un commentaire. Se connecter

Vous n'avez pas d'espace perso ? S'inscrire

 

 

Aucun commentaire pour le moment.

Le saviez-vous ?

Quelle est la production de déchets par lit & place chaque année en France ?