La vulnérabilité de l’informatique vis-à-vis de l’environnement ambiant

Plusieurs indicateurs du programme Hôpital numérique, lancé en novembre 2011 par la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS), ont pour objectif de garantir le niveau de disponibilité des applications et du système d'information (SI) au sein des établissements, en particulier en cas d’incident.

"Les informations nécessaires aux soins et le système qui les produit, les transmet et les conserve, nécessitent le plus haut niveau de disponibilité", décrit le ministère de la Santé.

Dans cette optique, les plans de reprise d’activité et de continuité d’activité sont mis en place pour relancer l’activité en cas de dysfonctionnement du système. Mais avant d’en arriver à ce mode dégradé, des bonnes pratiques liées à l’environnement direct de l’installation peuvent être mises en place dans la salle informatique pour limiter d’éventuels risques de défaillance.

En effet, plusieurs facteurs peuvent impacter le bon fonctionnement de l’informatique : l’électrostaticité, le court-circuit, la microcoupure, la chaleur, l’empoussièrement.

1 - L’électrostaticité
Dans les petits établissements, il est encore trop fréquent de constater que la salle informatique est placée dans une pièce où la moquette n’a pas été supprimée. Or les pertes ou les altérations de fichiers informatiques se produisent lors de la dispersion des charges électrostatiques. Il est donc important dans un premier temps d’aménager le local en tenant compte de ce risque.
Autre cause d’environnement électrostatique, une faible hygrométrie ambiante d’environ 35% est dangereuse. Inversement, une humidité trop élevée s’accompagne de condensation, néfaste pour l’équipement. Le taux idéal se situe donc entre 40 et 60%.

2 – Le court-circuit
Dans les établissements recevant du public (ERP), une vérification annuelle des installations électriques est obligatoire conformément au règlement de sécurité article EL 19. La prévention en ce domaine pourrait donc être assurée systématiquement dans les établissements sanitaires ou médico-sociaux or il se trouve que les salles informatiques ne sont pas forcément dans un bâtiment dit « ERP » mais plutôt à l’administration voire même dans un bâtiment spécifique. Dans ce cas, le contrôle n’englobe malheureusement pas cette installation pourtant vulnérable.
Sham recommande donc aux établissements dans cette situation, d’ajouter le local informatique à leur contrat de vérification électrique établi avec l’organisme agréé comme zone à contrôler de manière à profiter du passage d’un expert dans l’établissement.

Un contrôle décennal par thermographie infrarouge sur les armoires électriques principales s’avère un plus pour prévenir d’éventuels échauffements non visibles à l’œil nu.

3 – La microcoupure
L’installation électrique subit des microcoupures dues aux démarrages lors des essais mensuels des groupes électrogènes et aux éventuelles fluctuations mineures de l’alimentation générale. Ce phénomène engendre un vieillissement prématuré des composants et une possible détérioration des fichiers. Pour pallier ce risque, l’onduleur est le matériel de protection adéquat. Par contre, comme tout équipement électronique, sa maintenance doit également être organisée.

4 – La chaleur
Dans le but d’éviter la dégradation prématurée des composants, le rafraîchissement du local est préconisé.
Des systèmes de climatisation fixes sont, par conséquent, installés dans la plupart des établissements. Par contre, la température optimum de réglage n’est pas toujours16° C comme ce qui est régulièrement vu lors des visites dans les établissements mais dépend de la génération de serveurs installés dans la salle.
Les « mainframes » plus récents requièrent une température de fonctionnement optimum à 23°C. Il convient donc d’abord de se rapprocher du constructeur du matériel avant de régler le système de climatisation. Dans le doute, une moyenne à 20-21°C semble cohérente. Rappelons accessoirement qu’un degré de plus dans la salle fait économiser jusqu’à 4% d’énergie.
Sham recommande de redonder les moteurs de climatisation pour parer une éventuelle panne.

Par contre, cet équipement génère des risques subsidiaires comme le dégât des eaux (court-circuit) ou la fuite d’huile de moteur (corrosion des vérins de soutien du faux-plancher). Une sonde dans le faux-plancher mais surtout un contrôle régulier de cet espace est donc indispensable.

5 – L’empoussièrement
Avec tout le brassage d’air chaud et froid dans la pièce, la poussière circule et finit par s’accumuler et former une couche sur les circuits imprimés qui aura donc pour conséquence de faire surchauffer le matériel. Dans le contrat de maintenance de l’ensemble des fabricants de matériel de production informatique, il est fait référence de la norme ISO 14 644 afin de définir un environnement de travail optimum pour leur matériel et d’en assurer le bon fonctionnement. Un micro-dépoussiérage des composants et une aspiration complète de la salle informatique annuellement fait donc partie des bonnes pratiques systématiques à mettre en œuvre. Cette opération nécessite un appareillage et un équipement adaptés.

6 – Un diagnostic global de la salle
Lors de la prestation de dépoussiérage nécessitant l’accès au faux-plafond, faux-plancher et à la salle dans ses moindres recoins, certaines entreprises proposent à leur clientèle, dans le cadre de leur démarche qualité, de compléter leur mission par un diagnostic, photos à l’appui, de l’état général de la pièce. Un compte rendu d’intervention est alors rédigé par les techniciens. Il mentionne toute anomalie constatée lors de l’intervention et les actions éventuelles pour y remédier comme par exemple :

- des fissures,
- des traces d'humidité, d’animaux, et autres nuisibles,
- des vérins ou dalles abîmés,
- des variations de température et d'hygrométrie, etc...

L’exploitant est ainsi complètement au fait de l’état de sa pièce et peut mettre en œuvre les travaux de maintenance préventive pour y remédier.

Edwige FORGET-PILLOUD
Consultante Management des Risques
Juin 2014

Pour aller plus loin : Sécurité des systèmes d’information

Commentaires

Vous devez être connecté pour poster un commentaire. Se connecter

Vous n'avez pas d'espace perso ? S'inscrire

 

 

Aucun commentaire pour le moment.

Le saviez-vous ?

Quelle est la production de déchets par lit & place chaque année en France ?