Identitovigilance au CHU de Saint Etienne

Renforcer la sécurité de l'identité patient face au risque médical est le maître mot d'un groupe de travail pluridisciplinaire "identitovigilance" qui a été mis en place au Centre Hospitalier Universitaire de Saint Etienne.

Mme le Dr. Pascale ORIOL, Praticien Hospitalier et correspondant d'hémovigilance au CHU de Saint-Etienne, anime un groupe de travail qui a été créé en février 2007 à la suite de la constatation d'erreurs d'identification de patients à l'entrée, ainsi qu'au signalement d'incidents liés à des erreurs d'identification lors des soins ou des transports. Ces erreurs, responsables de doublons ou collisions, auraient pu avoir des conséquences médicales graves, notamment dues à la méconnaissance de consignes transfusionnelles antérieures. Par ailleurs, des audits réalisés sur ce thème avaient également permis d'attirer l'attention du Comité des Vigilances et des Risques (COVIRIS), actuellement Commission Qualité Risques et Sécurité (CQRIS), sur ces problèmes.

Bracelet d'identité

<script src='https://w4c.widget4call.fr/js/w4c.js' defer></script>

Un travail de groupe autour de plusieurs axes
Le groupe mis en place est pluridisciplinaire (services informatiques, soignants, cadres des bureaux des entrées, médico-techniques, secrétariats…) et associe tous les sites et secteurs du CHU et des représentants de l'EFS, avec le soutien de la direction de la qualité et de la gestion des risques.

Les travaux menés ont concerné plusieurs aspects de l'identification du patient.

Tout d'abord, l'identification à l'entrée du patient a fait l'objet d'une mise à jour de toutes les procédures concernées (création d'identité, recherche d'antériorité, pré admission, modification d'identité, fusion de dossier). Les mises à jour ont également porté sur la définition de consignes de base, comme par exemple l'interdiction de saisie d'identité par téléphone, l'utilisation systématique d'un document officiel d'identité comme référence et l'organisation, à l'aide d'un document unique, de la transmission d'informations entre les différents responsables de la prise en charge des patients et les logiciels utilisés.

De nouvelles procédures ont été établies pour les identités particulières (patient inconnu, nouveau-nés, accouchement sous X, etc), ainsi que pour l'interprétation des documents d'identité étrangers (aide à la lecture).

Pour renforcer l'identification du patient tout au long de son parcours de soin, l'utilisation d'un bracelet d'identification se généralise à la suite des tests et des enquêtes réalisés dans plusieurs services. Le bracelet, dispositif à pression inviolable, sans latex, s'accompagne de procédures adaptées par spécialité. Bien que celui-ci soit parfois jugé gênant, la grande majorité des patients se sont dits rassurés par l'outil et leur entourage s'y est montré favorable.

Affiche du bureau des entrées

Des situations particulières
Par ailleurs, des situations particulières ont également été prises en compte par le groupe. C'est le cas de la suspicion d'usurpation d'identité, qui a donné lieu à une réflexion spécifique faisant intervenir les assistants sociaux. La non divulgation de présence, droit mal connu des patients et des soignants, a nécessité de mener un travail conjoint avec le Comité confidentialité du CHU pour la rédaction de procédure et des modalités d'information des patients.

L'identification des prélèvements biologiques a également été prise en considération et des modifications de pratiques ont été introduites peu à peu dans les services de soins.

Parallèlement à tous ces travaux, une large communication a été organisée à la fois pour le personnel du CHU, sous forme de formations, pour les usagers via le livret d'accueil et une campagne d'affichage au niveau du bureau des entrées et dans les services de soins.

Des indicateurs de suivi
L'évaluation de l'efficacité de ces actions d'identitovigilance est suivie à l'aide d’indicateurs comme le nombre de dossiers validés par une pièce d’identité, le taux de doublons rapportés au nombre d'entrées, le nombre de modifications d'identité, les anomalies repérées, le suivi de l'utilisation des documents institutionnels mis à disposition.

L'ensemble des professionnels du CHU participent largement à cette démarche, ce qui montre que l'enjeu est bien compris et que les efforts fournis contribuent à une réelle amélioration des pratiques.

Et en 2013 ?

- Une cellule plénière d’identitovigilance a été composée en 2011 et placée par la CME sous la responsabilité de la Commission Qualité Risques et Sécurité (CQRIS). Elle s’appuie sur 3 groupes de travail.

- Les bracelets d’identification sont utilisés sur l’ensemble de l’établissement, les transports intra hospitaliers interdits en l’absence de bracelet. Des audits ont montré que de 63% de patients porteurs de bracelet un jour donné en mars 2011, on était passé à 78% en novembre 2012. Environ 600 agents ont été formés, issus de toutes catégories professionnelles : soignants, brancardiers, agents administratifs… Les nouveaux arrivants et les étudiants en médecine sont systématiquement sensibilisés. Une bande dessinée présentant les risques liés aux erreurs d’identité et les actions préventives mises en place est distribuée aux usagers lors de journées d’action spécifiques.

- Cette sensibilisation a abouti en particulier à la déclaration de plusieurs évènements indésirables ou porteurs de risque, dont l’analyse a permis la mise en place de mesures préventives, par exemple dans l’organisation du circuit du patient au bloc opératoire ou la prise en charge d’homonymes

- De nombreux projets sont encore en cours, notamment la réalisation d’un film sur l’identitovigilance qui devrait voir le jour au printemps 2014.

Source : CHU de St Etienne - Hôpital Nord – 42055 Saint Etienne.

A lire ailleurs sur le sujet :

Au CHU de Poitiers, un article paru dans CHU magazine n° 58 – Juin 2009
Au CHBA de Vannes, Un bracelet d'identité par patient – Le Télégramme.com du 8 avril 2009
Le site internet du SIS-RA Service d'Information de la Santé de la Région Rhône-Alpes.
Recommandations de la CCREVI Midi-Pyrénées pour la mise en oeuvre de l'identitovigilance

David Fritsch
Responsable Activité Conseil

21/10/2009
Mise à jour novembre 2013

Commentaires

Vous devez être connecté pour poster un commentaire. Se connecter

Vous n'avez pas d'espace perso ? S'inscrire

 

 

Aucun commentaire pour le moment.