Une urgence trop rapidement hospitalisée !

Les services d’urgences accueillent près de 15 millions de personnes chaque année. Services souvent engorgés, délais d’attente jugés excessifs. Pour les acteurs de ces services, la tentation est grande d’accélérer, lorsque la situation se présente, certaines prises en charge, en apparence simples ou évidentes.
Mais cette approche n’est pas sans risque comme nous le montre le cas de ce mois.

Frédéric FUZ, Médecin, 18/02/2010

1 - Les faits

Patiente de 72 ans, porteuse d’une prothèse totale du genou, victime d’une chute dans sa salle de bains. Conduite par les pompiers, la patiente est accueillie et examinée à 7 heures dans le service des urgences de la polyclinique.

Contacté à 8 heures par l’infirmière des urgences, le chirurgien orthopédiste donne son accord, par téléphone, à l’hospitalisation de la patiente. A 9 heures 30, le diagnostic de fracture supra prothétique de l’extrémité inférieure du fémur est posé.

Une intervention chirurgicale est programmée et réalisée 48 heures plus tard.

Mais la patiente décède le jour même, à 21 heures 30, des suites d'un malaise cardiaque.


1

Commentaires

Vous devez être connecté pour poster un commentaire. Se connecter

Vous n'avez pas d'espace perso ? S'inscrire

 

 

Aucun commentaire pour le moment.