Prise en charge du patient et prise en compte de sa douleur

Le médecin, outre son obligation de dispenser des soins conformes aux règles de l’art en respectant l’obligation d’information, doit prendre en compte la souffrance endurée par le patient. Il doit tout mettre en œuvre pour réduire cette dernière.

Catherine STEPHAN-BERTHIER juriste, mars 2015.

1 - Les faits

Monsieur N. est atteint d’un cancer pulmonaire. Une ischémie sub-aigüe des membres inférieurs est diagnostiquée au Centre Hospitalier. En l’absence de possibilité de réaliser un geste vasculaire, un traitement médical est administré au patient qui retourne à son domicile.

Trois mois plus tard, Monsieur N. présente une nécrose de l’orteil. Il se rend aux urgences du Centre hospitalier. Le praticien hospitalier de pneumologie qui suit le patient ne se déplace pas aux urgences au chevet de son patient et se contente de faire une prescription téléphonique.

Monsieur N. décide alors de quitter l’établissement.

Cinq jours après, le patient se rend dans une clinique où il est procédé à une amputation du membre inférieur gauche.

Quelques temps plus tard, Monsieur N. décède des suites de son cancer.

La famille du décédé reproche au pneumologue de ne pas s’être déplacé et d’être à l’origine du retard de cinq jours pour la réalisation de l’amputation. Ce retard étant à l’origine de la persistance d’intenses douleurs.


1

Commentaires

Vous devez être connecté pour poster un commentaire. Se connecter

Vous n'avez pas d'espace perso ? S'inscrire

 

 

Aucun commentaire pour le moment.

S'inscrire à la newsletter

Recevez chaque mois actualités et retours d'expérience sur la prévention des risques !

OK

Mon Espace

Vous souhaitez commenter un article ?
Rejoignez la communauté du Portail de la Prévention Sham.

Déjà inscrit ? + Se connecter




OK
Mot de passe perdu ?