La pose d’un matériel inadapté à la morphologie du patient

Le cas commenté concerne l’importance toute particulière qui doit être apportée au choix du matériel médical posé sur les patients. Ce dernier doit être adapté à la morphologie du malade afin de ne pas compromettre les suites de l’intervention.

Catherine STEPHAN-BERTHIER juriste, mars 2017.

2 - Le rapport d'expertise

Il ressort du rapport d’expertise que le diagnostic et l’indication opératoire de cholécystectomie étaient justifiés de même que la décision de poser une sonde pour procéder au drainage de la voie biliaire principale. En revanche, "les deux échecs successifs des tentatives de retrait s’expliquent par la forme particulière de la sonde dite de « Chevassu » choisie qui est caractérisée par un diamètre croissant à son extrémité distale. Ce type de sonde a été privilégié en raison de sa forme particulière afin de permettre la dilatation du canal cystique de la patiente au moment de la pose du cathéter. Par effet mécanique, le rétrécissement du canal cystique, après la pose de la sonde a par la suite rendu impossible l’ablation de celle-ci. En conclusion le type de sonde utilisé n’était pas adéquat."


1

Commentaires

Vous devez être connecté pour poster un commentaire. Se connecter

Vous n'avez pas d'espace perso ? S'inscrire

 

 

Aucun commentaire pour le moment.

S'inscrire à la newsletter

Recevez chaque mois actualités et retours d'expérience sur la prévention des risques !

OK

Mon Espace

Vous souhaitez commenter un article ?
Rejoignez la communauté du Portail de la Prévention Sham.

Déjà inscrit ? + Se connecter




OK
Mot de passe perdu ?