La pose d’un matériel inadapté à la morphologie du patient

Le cas commenté concerne l’importance toute particulière qui doit être apportée au choix du matériel médical posé sur les patients. Ce dernier doit être adapté à la morphologie du malade afin de ne pas compromettre les suites de l’intervention.

Catherine STEPHAN-BERTHIER juriste, mars 2017.

1 - Les faits

Madame C., âgée de 70 ans, présente des douleurs abdominales depuis plusieurs jours et se présente au service des urgences d’un centre hospitalier. A l’issu du bilan réalisé, une pancréatite aigüe est diagnostiquée. Une cholécystectomie est décidée et réalisée quelques jours plus tard. La persistance de calculs dans la voie biliaire principale oblige le chirurgien à y placer une sonde de drainage qui doit être retirée en consultation. Il choisit d’utiliser une sonde dont la destination est normalement l’injection de produit de contraste dans les voies urinaires. L’intervention chirurgicale est réalisée et les suites sont simples. Toutefois, le retrait de la sonde s’avère compliqué et il est décidé de procéder à son ablation sous cœlioscopie. Lors de ce geste, la sonde se rompt. Une IRM sera réalisée confirmant la localisation favorable du fragment résiduel. Il s’éliminera, par la suite, de manière naturelle et sans complication.


1

Commentaires

Vous devez être connecté pour poster un commentaire. Se connecter

Vous n'avez pas d'espace perso ? S'inscrire

 

 

Aucun commentaire pour le moment.

S'inscrire à la newsletter

Recevez chaque mois actualités et retours d'expérience sur la prévention des risques !

OK

Mon Espace

Vous souhaitez commenter un article ?
Rejoignez la communauté du Portail de la Prévention Sham.

Déjà inscrit ? + Se connecter




OK
Mot de passe perdu ?