Retour d’expérience d’un formateur-concepteur de modules e-learning aux HCL

Anne Léger est formatrice à l’école d’IBO des Hospices Civils de Lyon. En collaboration avec Sham, elle a conçu des modules e-learning ciblés sur le risque infectieux au bloc opératoire.

P1010149
       

Portail Prévention : Anne Léger, en quelques mots quel est votre parcours ?

Après un DEI (1) en 91 à Paray-le-Monial, je suis partie travailler en Haute Savoie dans un bloc opératoire polyvalent à Saint Julien en Genevois. Quatre ans après j’ai effectué une spécialisation d’IBODE à Lyon et ai réintégré le bloc d’origine en tant qu’IBODE (2).
Quelques années après, j’ai exercé comme « faisant fonction » de cadre de santé au bloc. En 2002, j’ai réalisé la formation de cadres de santé à Grenoble.
A l’issue de cette formation, j’ai intégré les HCL (3) en tant que formateur à l’école d’IBO de Lyon. Depuis bientôt 10 ans, j’assure cette fonction auprès des élèves IBO et des stagiaires en formation continue (étudiants en soins infirmiers, en médecine, en radiologie, des infirmiers, des médecins)…

Portail Prévention : Pourquoi avoir choisi comme thème : le risque infectieux ?

La lutte contre les Infections Associées aux Soins dans les établissements de santé est un des objectifs du Ministère de la Santé et la surveillance, la prévention ne cessent d’évoluer.
La dernière Enquête Nationale de Prévalence (c’est la 4ème depuis 1996) réalisée entre mai et juin 2012 dans 1938 établissements de santé, « montre que un patient hospitalisé sur 20 est infecté. Environ 3 infections sur 4 étaient acquises dans l’établissement réalisant l’enquête, une infection sur 4 étant importée d’un autre établissement..». (Communiqué de presse InVS (4) du 30 mai 2013).
Au bloc opératoire, « l’effraction cutanée » impose la prévention de l’infection du site opératoire, ainsi, les règles de bonnes pratiques en lien avec la gestion du risque infectieux sont primordiales.
Maitriser des moyens de prévention comme l’hygiène des mains et la tenue vestimentaire en lien avec le concept de l’asepsie progressive restent à mon avis une connaissance incontournable pour assurer des soins de qualité et en toute sécurité pour les patients. Aujourd’hui encore ces recommandations ne sont pas toujours appliquées.
Pour moi, la formation est capitale pour que le professionnel soit convaincu.

Portail Prévention : Dans le cadre de votre fonction de formateur, pourquoi avez-vous choisi de mettre en place un dispositif e-learning ?

En quelques années les technologies de l’information et de la communication ont explosé.
Au regard du contexte économique et de l’évolution de la société, les études ont montré que l’apprenant d’aujourd’hui a de plus en plus de difficulté pour « aller en formation ». Alors c’est la formation « qui vient » à lui grâce aux possibilités qu’offrent les nouvelles technologies.
La e-formation à l’école IBO a été comme une évidence : depuis 8 ans nous avions mis en place pour les élèves un enseignement en e-learning ciblé sur la stérilisation. Cette méthode permet aux étudiants de travailler à leur rythme en respectant un calendrier, d’expérimenter, puis d’analyser avec le formateur les connaissances acquises.

Portail Prévention : Quels sont pour vous les enjeux de cette mise en place ?

Utiliser le e-learning ne doit pas dédouaner du travail à réaliser en amont d’une action de formation. La conception est la même que toute autre formation. C’est la pédagogie qui compte même si la technologie a une place importante. Pour la jeune génération, les nouvelles technologies de l’information sont évidentes, pour les plus anciens, l’outil fait peur. Avant la mise en œuvre, la présentation de la formation (son contenu et sa forme) est essentielle. On ne peut pas se passer d’explications, de consignes. Et puis, même si l’apprenant est seul devant son écran, il doit pouvoir être encadré, guidé. Certes il est autonome mais il ne doit pas perdre sa motivation. Le formateur a un rôle essentiel, il est là « pour faire les liens ». L’apprenant reste impliqué et acteur de sa formation.

Portail Prévention : Selon vous qu’apporte le e-learning par rapport à une formation présentielle ?

Cette méthode peut apporter beaucoup pour l’entreprise, l’apprenant et le formateur.
- Pour l’entreprise c’est la possibilité de permettre à beaucoup de personnes en même temps d’acquérir ou de « remobiliser » des connaissances, avec des coûts indirects diminués (pas de déplacement), des supports pédagogiques toujours actualisés, des statistiques pour le suivi de la formation et des résultats automatisés…
- Pour l’apprenant, suivre des contenus interactifs favorise l’attractivité et aide à le rendre acteur de sa formation. Il réalise la formation quand il veut et où il veut (flexibilité, adaptabilité), se forme à son propre rythme, il s’autoévalue avant et après ce qui lui permet d’identifier ce qu’il a appris…

Lorsque l’on a commencé à parler du e-learning, certains ont eu peur en évoquant « la fin du formateur ». Je dirai que sa fonction évolue avec ce mode d’enseignement : il devient à la fois « concepteur », et/ou « tuteur ». La notion « d’accompagnement » est prégnante. Il guide, suit, réajuste. Il aide à maintenir la motivation, l’implication. Il permet de « donner du sens ».

Le blended-learning est à mon sens très intéressant. Un groupe d’apprenants peut suivre un enseignement par e-formation, ce qui permet d’harmoniser les connaissances de chacun puis tous expérimentent sur son lieu d’exercice, ensuite une formation en présentiel permet d’analyser les pratiques professionnelles de chacun.

Le formé est acteur de son apprentissage, c’est lui qui s’organise et qui se responsabilise vis-à-vis de l’échéance à respecter.

Portail Prévention : A qui s’adressent les modules ? Quel a été l’accueil des apprenants ?

Ces différents modules s’adressent aussi bien aux personnels en activité et travaillant en bloc opératoire qu’aux élèves infirmiers. L’objectif est de sensibiliser les apprenants et de rappeler les règles à respecter pour mieux maîtriser l’hygiène au bloc opératoire. Pour information, 19% des réclamations reçues par Sham relèvent d’une infection (Panorama du risque médical en établissement de santé, Edition 2012).
Actuellement, huit sessions de formations ont été déployées au sein des HCL, tant en formation continue qu’en formation initiale. Ainsi, plus de 200 apprenants ont suivi ces modules.
Les modules ont été appréciés et plébiscités. Les points forts cités sont « l’ergonomie, l’interactivité et la clarté des informations apportées ». Ainsi, 93% des apprenants recommanderaient le module à leur collègue.

Juin 2013

(1) DEI : Diplôme d’Etat d’infirmier
(2) IBODE : Infirmier de Bloc Opératoire Diplômé d’Etat
(3) Hospices civils de Lyon
(4) InVS : Institut national de Veille Sanitaire

Plus d’informations sur les modules :
Dans la collection e-learning « Gestion des risques et Sécurité des soins », ce parcours spécifique au bloc opératoire comprend 3 modules : Identification du risque infectieux, La tenue vestimentaire et L’hygiène des mains

Voir aussi :
100% de réussite pour l’e-learning à l’institut Claudius Régaud
Formation e-learning à la Clinique Mathilde de Rouen