Propriétés du collagène au service de la prévention des risques d’adhérence

La parole à… Monsieur Sylvain PICOT, PDG de BIOM’UP

Logo_Biomup-20_186x111_medium
 

Sylvain PICOT et Patricia FOREST, tous deux ingénieurs INSA, ont fondé, la société BIOM’UP en 2005. BIOM’UP est un fabricant de dispositifs médicaux, spécialisé dans les matériaux bio résorbables. L’un de ses produits phares est la membrane COVA™, une membrane de cicatrisation guidée, élaborée à partir du collagène, dont l’une des indications est la prévention des adhérences en chirurgie. Sylvain PICOT nous parle de cette avancée en termes de prévention des risques en chirurgie.

SHAM Prévention : L’efficacité des produits que vous commercialisez repose d’abord sur les propriétés naturelles du collagène ?

Sylvain PICOT : Effectivement. Il faut rappeler que le collagène, d’origine porcine chez BIOM’UP, est une protéine sans équivalent : c’est le composant essentiel de la matrice extracellulaire. Il dispose des propriétés biologiques et hémostatiques qui permettent la régénération et la cicatrisation des tissus.

SHAM Prévention : BIOM’UP a plus particulièrement orienté ses recherches sur la capacité du collagène à prévenir les adhérences en chirurgie.

Sylvain PICOT : Oui, exploitant en cela les travaux du Dr. GAGNIEU, enseignant à l’INSA de Lyon, et chercheur à la faculté de Pharmacie, aujourd’hui conseiller scientifique de BIOM’UP.

On communique relativement peu sur les adhérences, alors qu’elles se développent de façon peu visible, différée, mais elles ont des conséquences potentiellement graves. On pense bien sûr aux occlusions sur bride en chirurgie digestive, mais on peut citer les complications fonctionnelles dans la chirurgie de la main ou encore les difficultés de ré interventions en chirurgie cardiothoracique ou spinale.

SHAM Prévention: Comment fonctionne cette membrane COVA™ issue du collagène que vous avez développée ?

Sylvain PICOT : Les membranes que nous avons développées sont des membranes de collagène purifié et acellulaire, suturables, faciles à manipuler et résorbables. Elles forment une barrière et guident la cicatrisation des tissus pendant les semaines suivants la chirurgie, en préservant les plans de clivage entre les tissus et en limitant la fibrose.

 

images_medium

SHAM Prévention : Dans quels types de chirurgie sont-elles utilisées ?

Sylvain PICOT : Quelques exemples …

- En chirurgie cardiaque, en isolant le cœur pendant la période de cicatrisation, la membrane COVA™ prévient les adhérences et permet des ré interventions plus sûres et plus simples…

- En chirurgie orthopédique des membres, notre membrane prévient les adhérences et offre un plan de glissement lors de réparation de nerfs ou de tendons endommagés.

- En chirurgie du rachis, la membrane COVA™ offre la possibilité d’un plan de clivage entre le fourreau dural et les tissus adjacents. Elle est utilisée en cas de reprise et pour certaines interventions adhésiogènes comme la discectomie, l’ostéosynthèse postérieure, la libération radiculaire, ou encore plus classiquement pour les hernies discales…

SHAM Prévention : Quels sont les bénéfices de ces membranes COVA™ ?

Sylvain PICOT : Les bénéfices concernent d’abord, et avant tout, le patient opéré, chez qui on prévient efficacement la survenue d’adhérences. Le bénéfice concerne aussi le chirurgien qui, en cas d’interventions répétées (exemple des malformations cardiaques), peut réopérer dans de meilleures conditions, moins génératrices de stress. Enfin, la diminution du nombre de reprises chirurgicales liées à la survenue d’adhérences, ou la diminution du temps de chirurgie en cas de ré-intervention, représente un élément médico-économique important pour les Directeurs d’établissements et les caisses d’assurance maladie.

SHAM Prévention : Comment se positionne vos membrane COVA™ par rapport aux produits existants ?

Sylvain PICOT : En fonction des indications, peu de produits existent sur le marché. L’offre se limite généralement aux produits synthétiques, résistants, mais qui ne se résorbent pas, ou à quelques produits résorbables sans aucune tenue mécanique. La principale valeur ajoutée de la membrane COVA™ est d’apporter des propriétés mécaniques, elle est par exemple suturable, et de se résorber sans aucune inflammation, après avoir joué sont rôle de guide, entre 2 et 3 mois après la chirurgie.

SHAM Prévention : Combien de sites équipez-vous à ce jour ?

Sylvain PICOT : Nous travaillons avec les équipes d’une quinzaine de centres partenaires qui ont réalisé l’implantation de 15 000 pièces issues de nos laboratoires.

SHAM Prévention : Quels sont vos retours d’expérience ?

Sylvain PICOT : Des évaluations ont été conduites par des équipes de l’INSERM ou de grands centres hospitaliers en France qui ont permis de valider la performance et les valeurs ajoutées du produit, de même que sa sécurité. Sur ce dernier point, précisons que le processus BIOM’UP d’extraction du collagène intègre des étapes validées pour l’inactivation des bactéries, des virus et des prions.

SHAM Prévention : Quelles sont les prochaines étapes de votre développement ?

Sylvain PICOT : A court terme, nous travaillons sur une gamme hémostatique innovante, et sur une nouvelle technologie permettant de renforcer les propriétés de notre membrane. A plus long terme, nous nous tournons évidemment vers la médecine régénérative et l’ingénierie tissulaire ! C’est-à-dire en pratique, et dans une stratégie de complémentarité, associer le biomatériau collagène - qui joue le rôle de support et apporte un rôle fonctionnel - à un principe actif comme les facteurs de croissance, ou encore avec des cellules souches.

Propos recueillis par Frédéric Fuz et Olivier Szymkowiak pour SHAM Prévention.

Important :

La Société BIOM’UP fait partie du portefeuille d’entreprises innovantes que SHAM a choisi de soutenir. SHAM a procédé à un investissement financier dans BIOM’UP à l’occasion de sa dernière levée de fonds, menée en 2010, et détient environ 15% de son capital.

L’article d’information publié sur le site ShamPrévention, dont la vocation est d’aider à la prévention et la gestion des risques dans le domaine de la santé, n’a pas pour objet la promotion des produits ou des services de BIOM’UP, et n’engage pas la responsabilité de SHAM à quelque titre que ce soit.

En savoir plus
http://www.biomup.com/

home_medium