La refonte du référentiel de visites de risques Sham

Les visites de risques réalisées par Sham ont le double objectif de mieux connaître le niveau de risques des établissements que nous assurons et de formuler des recommandations à nos sociétaires. Depuis 2005, les équipes de Sham ont réalisé plus d’un millier de visites ; tous les établissements publics MCO (Médecine-Chirurgie-Obstétrique) ont été visités au moins une fois, certains jusqu’à trois fois. Il était donc nécessaire de redéfinir ce que Sham et ses sociétaires étaient en droit d’attendre de ces visites de risques.

IRN
       

Entretien avec Isabelle Rozé-Nief, manager de l’activité Audit au sein de Sham, anciennement Responsable Qualité, Risques et Affaires Réglementaires à l’Infirmerie Protestante de Caluire.

Quel bilan tirez-vous de ces visites de risques ?
Un bilan forcément positif. C’est tout d’abord un « pari » réussi, puisque dès le lancement du projet, les établissements nous ont ouvert leurs portes, intéressés par le regard de l’assureur sur leur propre gestion des risques. J’ajoute que les visites de risques représentent un concept fort, à plusieurs titres : c’est une véritable offre de service pour nos sociétaires, c’est un outil d’aide à la tarification, et enfin, c’est un moment de rencontre et d’échange privilégié avec les professionnels de santé qui travaillent dans les établissements.

Ajoutons que le principe d’une visite d’analyse de risques réalisée sur site et sur une journée constitue une méthode, rapide et efficace, désormais reconnue et encouragée par les professionnels de santé et notamment la HAS(1). Enfin, même s’il est difficile de mesurer rigoureusement l’impact des visites de risques sur la sinistralité des établissements, nous avons pu noter au cours de ces années une évolution significative des pratiques et des comportements, notamment sur la prise en compte du risque médico-légal.

Quels sont les principes qui ont guidé cette refonte des visites de risques ?
Ils sont de trois ordres. Tout d’abord, le repositionnement de nos visites de risques, qui sont des offres de services à part entière, c’est-à-dire plus qu’un simple audit des risques ou qu’une inspection. Les visites de risques, parmi nos offres de formations ou de conseil, doivent désormais jouer le rôle de « starter » du partenariat que Sham souhaite mettre en place avec chacun de ses sociétaires. C’est, en effet, une attente forte de nos sociétaires qui voient en Sham un partenaire sentinelle de la gestion des risques, un spécialiste qui se déplace sur le terrain, qui s’implique dans un accompagnement personnalisé, et qui est force de proposition et de conseil. Nous avons ensuite effectué une mise à niveau de notre référentiel d’analyse de risques, prenant en compte l’évolution des données issues de la sinistralité, afin de réaffirmer le point de vue et l’apport très spécifiques de l’assureur dans la gestion des risques. En pratique, si les thématiques abordées (gestion des risques, des plaintes, dossier patient, circuit du médicament…) et les secteurs visités (bloc opératoire, maternité, services d’urgences) restent inchangés, nos critères d’analyses se concentrent sur les dysfonctionnements immédiatement à l’origine de sinistres, et le non-respect de dispositions médico-légales. Enfin, la personnalisation de la démarche, qui passe par une analyse systématique et approfondie de la sinistralité de chaque établissement, afin d’optimiser la visite et d’ajuster si besoin le référentiel et les professionnels de santé à rencontrer.

Quels sont les bénéfices escomptés de ces visites, notamment pour les sociétaires ?
Une démarche renouvelée, certes, mais surtout une démarche de partenariat, à la fois concrète et argumentée, qui s’inscrit dans une offre plus globale de services d’un assureur spécialisé envers ses sociétaires. Mais aussi de nouvelles pistes d’amélioration, à travers les items intégrés à notre référentiel, comme l’implication objective des médecins dans les démarches de prévention des risques, la mise en place d’une gestion des risques a priori, la formation des équipes et notamment la formation par simulation, certains éléments liés aux conditions de travail…

(1) HAS : Haute Autorité de Santé

Propos recueillis par le comité Sham Repères, magazine Sham.
Mise en ligne mars 2013

S'inscrire à la newsletter

Recevez chaque mois actualités et retours d'expérience sur la prévention des risques !

OK

Mon Espace

Vous souhaitez commenter un article ?
Rejoignez la communauté du Portail de la Prévention Sham.

Déjà inscrit ? + Se connecter




OK
Mot de passe perdu ?