La gynécologie obstétrique aujourd'hui

La parole au Dr Michel DAGUES-BIÉ, gynécologue obstétricien et fondateur de INFOGYN, pour échanger sur le congrès, la gynécologie obstétrique et le rôle de l’assureur aux cotés des professionnels de santé.

Michel DAGUES-BIE
 

Portail Prévention : Docteur DAGUES BIE, en quelques mots quel est votre parcours ?

Docteur Michel DAGUES BIE : J’ai suivi un parcours professionnel « classique » : après des études de médecine suivies à Bordeaux, j’ai obtenu le diplôme de gynécologie obstétrique. En janvier 1979, je me suis installé à la Clinique Bertrand de Tarbes, en association avec deux autres gynéco-obstétriciens.

J’ai très vite ressenti un intérêt pour la gestion de l’établissement. Celui-ci a donc été racheté par les médecins qui y exerçaient et qui sont tous devenus actionnaires.
Au fil des regroupements, nous avons créé la Polyclinique de l’Ormeau, établissement de plus de 320 lits et acteur incontournable sur son territoire de santé. Le service de gynécologie obstétrique représente environ 25 % de l’activité totale de la clinique, dont j’assure la Présidence du Conseil d’Administration.

Portail Prévention : INFOGYN est un des trois premiers congrès de gynécologie de France. Pouvez-vous nous rappeler l’histoire de ce succès ?

Docteur Michel DAGUES BIE : Créé en 1987 et initialement nommé Journées Pyrénéennes de Gynécologie, le congrès INFOGYN a d’emblée rassemblé médecins spécialistes et médecins généralistes. Depuis leur création, les Journées INFOGYN sont restées fidèles à cet esprit d’ouverture et d’échanges interdisciplinaires. En 1993 les sages-femmes sont invitées, avec la création de sessions communes avec les médecins et d’ateliers spécifiques à leur discipline. Aujourd’hui ces Journées sont l’une des premières manifestations en France traitant de la médecine de la femme et réunissent plus de 1400 congressistes hospitaliers et libéraux, 140 conférenciers, et près de 100 exposants industriels ou institutionnels. Le programme, déployé sur 6 salles, s’adresse aux médecins, généralistes et spécialistes et aux sages-femmes. Plus de 1400 médecins et sages-femmes participent à ce congrès chaque année, dont 900 gynécologues et gynéco obstétriciens.

Portail Prévention : Quel est le programme du congrès INFOGYN cette année ? Est-il prévu de diffuser des interventions chirurgicales en live, comme cela avait été le cas l’année dernière ?

Docteur Michel DAGUES BIE : Le programme est très varié et couvre l’ensemble de la spécialité, ce qui contribue au succès de ces journées où chacun trouve un sujet qui l’intéresse : gynécologie médicale, obstétrique, périnéologie, imagerie avec un programme très diversifié d’échographie, endocrinologie, techniques chirurgicales. Cette année, le programme d’interventions en live réalisées à partir du bloc opératoire de la Polyclinique de l’Ormeau sera renouvelé et permettra la présentation en direct des toutes dernières techniques chirurgicales. Il y aura notamment la présentation des nouvelles techniques chirurgicales moins invasives.

Portail Prévention : La Polyclinique de l’Ormeau-Tarbes a reçu le prix de la prévention des risques Sham pour des formations par simulation. Pouvez-vous nous apporter des précisions sur ce projet ? Quels sont les avantages des formations par simulation ?

Docteur Michel DAGUES BIE : Dans le cadre de la prise en charge des urgences vitales en maternité, l’équipe médicale et paramédicale de la Polyclinique de l’Ormeau a mis en place un protocole de césarienne en urgence. L’innovation de la démarche réside dans l’évaluation par simulation de cette prise en charge, qui nécessitait un véritable travail d’équipe.
Il s’agit de la 2ème formation par simulation effectuée dans le service. Le projet a été élaboré en coordination avec notre responsable qualité Madame Michèle QUILLES. J’ai manifesté dès le départ un grand intérêt pour ces formations par simulation qui permettent de réaliser un «débriefing» à partir d’une captation vidéo réalisée en temps réel.
La candidature de notre service maternité au prix Sham de la prévention des risques a été très bénéfique pour l’équipe car il a valorisé notre implication dans cette prévention des risques en maternité, qui constitue pour nous une préoccupation prioritaire.

Portail Prévention : Il s’agit de la 28ème édition du congrès. Quel regard portez-vous sur l’évolution de la pratique de l’obstétrique durant toutes ces années ?

Docteur Michel DAGUES BIE : Notre spécialité, comme toutes les disciplines médicales a connu un développement technologique considérable ces 30 dernières années avec l’apparition de véritables nouvelles spécialités : échographie obstétricale, coeliochirurgie, prise en charge de l’infertilité.
En ce qui concerne l’obstétrique, on peut penser que les prochains développements privilégieront la coordination des équipes et une meilleure répartition entre les tâches dévolues aux sages-femmes et celles qui seront sous la responsabilité des médecins gynécologues obstétriciens. On peut craindre actuellement que les pouvoirs publics ne s’intéressent pas suffisamment à cette concertation nécessaire entre les différents professionnels de santé. L’objet du congrès INFOGYN a toujours été une meilleure coordination des médecins, sages-femmes, et paramédicaux pour une meilleure prise en charge de nos patientes.

Portail Prévention : Selon vous, comment l’assureur peut accompagner les professionnels de santé pour favoriser le management des risques de leur activité ?

Docteur Michel DAGUES BIE : Les assureurs jouent un rôle très important d’accompagnement dans la prévention des risques au niveau des établissements de santé en effectuant des audits ; leurs intérêts et ceux des hôpitaux et cliniques étant souvent partagés. Au niveau des professionnels de santé, les actions des assureurs sont également déterminantes tant au niveau des publications qu’ils diffusent, que des interventions réalisées au sein de congrès comme INFOGYN.

Propos recueillis pour le Portail Prévention Sham par Amandine ZENTOUT, juillet 2014