Dr Theissen : responsabilité de l’anesthésiste en chirurgie ambulatoire

Dr Alexandre Theissen, médecin anesthésiste au Centre Hospitalier Princesse Grâce de Monaco, a publié récemment un article sur la responsabilité de l’anesthésiste réanimateur en chirurgie ambulatoire.

Alexandre_Theissen
 

Portail Prévention : Vous venez de publier un article sur la responsabilité de l’anesthésiste réanimateur en chirurgie ambulatoire. Pouvez-vous nous en dire plus ?

La chirurgie ambulatoire est une activité récente, en plein essor dont les complications sont mal connues et redoutées du fait de la sortie anticipée du patient et du risque de retard de prise en charge d’une complication. Les praticiens s’interrogent donc sur le risque juridique spécifique de cette activité.

Dans cet article, co-écrit avec le Pr Marc BEAUSSIER, le Pr André LIENHART et le Dr Patrick NICCOLAI, nous avons cherché à préciser le cadre réglementaire de la chirurgie ambulatoire puis comment, tout au long du chemin clinique du patient, la responsabilité de l’anesthésiste-réanimateur peut être engagée. Cet article sera publié prochainement dans la revue de la SFAR « Anesthesia critical care and Pain medicine »

Portail Prévention : L’acte étant identique en hospitalisation « conventionnelle » et en ambulatoire, existe-il des éléments spécifiques de maîtrise du risque en ambulatoire ?

Effectivement, l’acte chirurgical est identique à celui réalisé en chirurgie classique avec hospitalisation complète (ou « conventionnelle »). Il n’existe pas non plus de spécificité pour l’anesthésie. Comme ce n’est pas l’acte qui est ambulatoire, mais le patient, c’est l’analyse du triptyque patient-acte-structure qui va déterminer la décision du mode de prise en charge.

La gestion des risques pour la chirurgie ambulatoire passe donc par l’anticipation et la maîtrise de toutes les étapes du chemin clinique. Ainsi, la sortie du patient le jour même de son intervention peut se faire dans des conditions de sécurité optimale.

Les quatre phases principales de la prise en charge sont :

  • l’évaluation préopératoire, au cours de laquelle la décision de réaliser la chirurgie en ambulatoire est prise sur la base du triptyque patient-acte-structure. Il s’agit d’évaluer le rapport bénéfice/risque, d’anticiper les effets secondaires prévisibles et de préparer la sortie du patient ;
  • la phase opératoire, qui ne présente pas de spécificité en elle-même ;
  • la phase d’autorisation de sortie ;
  • le suivi du patient, qui est assuré par un appel téléphonique le lendemain de l’intervention.

La coordination renforcée des différents acteurs permet le bon déroulement de ces étapes et d’optimiser le flux des patients au sein de la structure.

Portail Prévention : La sortie est une étape importante du parcours du patient en ambulatoire. Quelles sont les règles à respecter pour organiser au mieux ce moment ?

La sortie de l’unité de chirurgie ambulatoire est l’étape décisive pour la réussite de l’acte en ambulatoire. Elle se prépare dès la consultation préopératoire par l’information apportée au patient.

Au moment de la sortie les règles à respecter sont :

  • une évaluation médicale avant la sortie (le patient est revu par le chirurgien et/ou l’anesthésiste) pour s’assurer qu’il remplit les conditions de sortie ;
  • la présence d’un accompagnant majeur, pour s’assurer notamment que le patient ne conduira pas pour son retour ;
  • la remise d’un bulletin de sortie qui précise les conduites à tenir en matière de surveillance postopératoire, les coordonnées de l’établissement de santé assurant la permanence et la continuité des soins et le numéro d’urgence à joindre ;
  • la vérification des ordonnances de sortie en particulier pour les antalgiques.

Portail Prévention : Comment optimiser la sécurité du patient après sa sortie de la structure où a été pratiquée l’opération chirurgicale ambulatoire ?

C’est bien toute la difficulté de la prise en charge ambulatoire : prévoir et anticiper les complications éventuelles.

L’unité de chirurgie ambulatoire a la responsabilité d’organiser la continuité de soins. Généralement, en cas de survenue d’un signe anormal ou d’une complication prévisible, le patient peut contacter directement son chirurgien ou indirectement via le service des urgences de l’établissement.

Dans le cas où elle n’est pas en mesure d’assurer elle-même la continuité des soins, l’unité de chirurgie ambulatoire est réglementairement tenue de conclure une convention avec un autre établissement de santé disposant d’un accueil permanent et de moyens de prise en charge du patient.

La procédure de l’appel du lendemain permet de garder un contact avec le patient, de réitérer les consignes postopératoires, de s’assurer de leur suivi et de vérifier le bon déroulement de la phase postopératoire.

Enfin, la coordination avec la médecine de ville, en amont comme en aval de l’intervention, est nécessaire pour contribuer à la continuité et à la sécurité des soins post-opératoires.

Propos recueillis en septembre 2015 par Amandine ZENTOUT pour le Portail Prévention Sham.

S'inscrire à la newsletter

Recevez chaque mois actualités et retours d'expérience sur la prévention des risques !

OK

Mon Espace

Vous souhaitez commenter un article ?
Rejoignez la communauté du Portail de la Prévention Sham.

Déjà inscrit ? + Se connecter




OK
Mot de passe perdu ?