Personnalisation de la check-list au bloc opératoire

La check-list au bloc opératoire doit-elle être utilisée en l’état ou adaptée par chaque établissement ?

Suite à la certification V2010 pour laquelle la mise en œuvre de la check-list au bloc opératoire était un critère « PEP », la HAS affirme sa volonté de faire évoluer ce document.

Un retour d’expérience de la Haute Autorité a démontré deux nécessités :

1- L’appropriation indispensable de la check-list par les professionnels

Pour cela, la haute autorité recommande d’adapter le document à la fois au contexte local et à la discipline concernée, mais également de les intégrer à la pratique de travail quotidienne de manière non disruptive.

Il est également préconisé d’une manière générale de promouvoir l’utilisation de la check-list dans un « contexte porteur » (par la direction et les professionnels tel que le chef de bloc, en simplifiant le processus et la stratégie de support, en créant un retour d’information et une réflexion prospective pour sa mise en œuvre « collective »).

2- L’intégration dans la check-list d’éléments spécifiques à la prise en charge des enfants

La check-list dans son ancienne version a montré des imprécisions en ce qui concerne la prise en charge chirurgicale des jeunes enfants, âgés de moins de 6 ans et avec lesquels la vérification de certains éléments (identité, opération prévue, site opératoire) était source de danger.

La nouvelle version du document inclut des items adaptés à la prise en charge des enfants, ainsi qu’une mise en garde sur 5 points de vigilance :

- Associer les parents à la vérification de l’identité, de l’intervention et du site opératoire.
- Détenir l’autorisation d’opérer signée
- Adapter les installations, le matériel et la prescription au poids, à l’âge et à la taille
- Prévenir l’hypothermie.
- Définir les seuils d’alerte en post-opératoire

Précisons également que la HAS, avec le concours des sociétés savantes a décliné la check-list pour s’adapter à différents domaines (endoscopie bronchique, cathéters veineux centraux, …).

Alexandra CABRERA
Juriste Sham

Septembre 2016

Voir aussi :
Les intervenants à la check-list au bloc opératoire
La surveillance post-chirurgicale

Commentaires

Vous devez être connecté pour poster un commentaire. Se connecter

Vous n'avez pas d'espace perso ? S'inscrire

 

 

Aucun commentaire pour le moment.

S'inscrire à la newsletter

Recevez chaque mois actualités et retours d'expérience sur la prévention des risques !

OK

Mon Espace

Vous souhaitez commenter un article ?
Rejoignez la communauté du Portail de la Prévention Sham.

Déjà inscrit ? + Se connecter




OK
Mot de passe perdu ?